25 ans de la mort de Barbara : la véritable histoire derrière « L’Aigle noir »

La chanteuse Barbara, disparue il y a vingt-cinq ans, a laissé derrière elle quelques-unes des plus belles chansons du répertoire français, dont les paroles parfois mystérieuses n’ont pris tout leur sens qu’après sa mort. Parmi eux, le célèbre “Aigle noir” n’était pas, comme on pourrait le penser, une métaphore de la barbarie nazie, mais la victime du drame de sa vie – l’inceste de son enfance.

“Un beau jour, ou peut-être une nuit…”, tout le monde connaît bien la chanson, ou du moins pense-t-il la connaître. Mais nombreux sont encore ceux qui ignorent que “l’Aigle noir” de Barbara cache dans son texte métaphorique un événement terriblement traumatisant qui a marqué à jamais son interprète, et ce n’est plus celui qu’on a longtemps cru.

L’oiseau aux yeux rubis, aux plumes couleur de nuit, au front brillant de mille feux et au diamant bleu n’était pas, comme on pourrait le penser, le rappel d’un rêve étrange, ni une métaphore de la dictature nazie. . Et il a fallu attendre les mémoires de la chanteuse “Once Upon a Piano…”, publiés un an après sa mort en 1997, pour comprendre que “l’aigle noir” en question est en réalité son père, son père. qui a commencé à la maltraiter quand elle avait 10 ans.

Lire Aussi :  Kanye West banni d'une feature essentielle d'Apple Music, la fin de sa carrière ?

Sans utiliser explicitement les mots «viol» ou «inceste», la chanteuse est revenue sur l’horreur qu’elle a subie, aggravée par le fait de ne pas être entendue, encore moins reconnue ou aidée, en tant que victime; de plus en plus peur de mon père. Il le sent. Il le sait. (…) Un soir, à Tarbes, mon monde tombe dans la terreur. J’ai dix ans et demi. Les enfants se taisent parce que nous refusons de les croire. Parce qu’ils sont soupçonnés d’inventer. Parce qu’ils se sentent honteux et coupables. Parce qu’ils ont peur. Parce qu’ils croient qu’ils sont les seuls au monde à avoir leur terrible secret”, a-t-il écrit.

Lire Aussi :  A Grenoble, le Magasin reprend du service après plus d’un an de fermeture

La musique comme bouée de sauvetage

Barbara a ajouté : “J’ai tellement besoin de ma mère, mais comment puis-je lui parler ?” Et que lui dire ? Que je trouve étrange le comportement de mon père. Je suis silencieuse.” Quelques années plus tard, Monique Cerf, de son vrai nom, tentera de se débarrasser du poids de ce “terrible secret” en se rendant à la gendarmerie. Hélas, son père viendra l’y emmener et s’assurera que la pratique générale des agresseurs a discrédité son témoignage en l’appelant caissier.

Ces révélations contenues dans ses mémoires donnèrent soudain un nouveau sens aux paroles de “l’Aigle Noir”. “Il a touché ma joue avec son bec./ Son cou a glissé dans ma main./ C’est alors que je l’ai reconnu/ Sortant du passé/ Il est revenu vers moi…”

Bien que rien ne puisse le guérir de cette affliction, il écrivit qu’il voulait dire à ce foutu père que s’exprimer par la musique l’avait aidé à ne pas sombrer ; “Vous pouvez dormir tranquille, je suis sorti parce que je chante. Bien sûr, j’avais besoin d’un saint goût de la vie, d’un saint désir d’être heureux, d’un saint désir de jouir des bras d’un homme, d’un saint désir de me sentir lavé de tout un jour, longtemps après.

Punies par la loi, les violences sexuelles ont des conséquences dévastatrices, notamment pour les mineurs. Un Français sur dix déclare avoir été victime d’inceste. Il est important de faire savoir aux enfants que si jamais ils vivent cela, il est important qu’ils se confient à un adulte de confiance (parent, tante, assistante sociale du collège, CPE, etc…) qui pourra prendre les mesures nécessaires pour mettre fin à leur épreuve et pour leur apporter une aide médicale et psychologique ou, en cas d’échec, appeler le 119 (Allo Enfance en Danger).

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button