A Pékin, Charles Michel n’a obtenu de Xi Jinping aucune inflexion sur l’Ukraine

Charles Michel, président du Conseil européen (à gauche) avec le président chinois Xi Jinping au Grand Palais du Peuple à Pékin, en Chine, le 1er décembre 2022.

Le président du Conseil européen, Charles Michel, a quitté Pékin les mains vides, ou presque. Jeudi 1 après avoir accueilli le président chinois Xi Jinping pendant plus de trois heureseuh En décembre, le dirigeant n’a obtenu qu’une seule concession symbolique de son dialogue : la reprise des pourparlers Chine-Union européenne (UE) sur les droits de l’homme. Pékin a interrompu cela en 2021, lorsque les Européens ont imposé des sanctions contre certains responsables chinois, les artisans de la répression des Ouïghours au Xinjiang, bientôt suivies de contre-sanctions chinoises, notamment contre des parlementaires européens.

À l’heure où la Chine réprime discrètement mais visiblement ceux qui ont participé aux manifestations du week-end dernier avec une politique zéro-covid, mais aussi le Parti communiste, il est peu probable que la discussion n’ait donné aucun résultat concret. La Chine a clairement indiqué qu’elle devait avoir lieu. “Sur la base de l’égalité et du respect mutuel”.

La Russie et la Chine alliées.

Alors qu’une bonne partie de l’interview, selon M. Michel, portait sur l’Ukraine, le communiqué de Pékin n’évoque aucun changement dans la position chinoise : Xi Jinping “Exprimer le soutien de la Chine à l’UE dans ses efforts pour accélérer la médiation et diriger une architecture de sécurité européenne équilibrée, efficace et durable”. L’architecture de sécurité européenne est un terme utilisé par Moscou et Pékin pour désigner une Europe dans laquelle l’OTAN verra son rôle diminuer.

Lire Aussi :  La pensée de l’érudit algérien expliquée aux jeunes générations du monde musulman africain – Le Sahel

Mercredi 30 novembre, des avions militaires russes et chinois ont également mené des exercices militaires conjoints, au cours desquels pour la première fois, selon la presse chinoise, des avions chinois ont atterri en Russie, et vice versa.

Lire Aussi :  Poutine ne souhaitera pas la bonne année à Macron, Biden et Scholz
A lire aussi : L’article est réservé à nos abonnés. Guerre en Ukraine : le président chinois Xi Jinping réaffirme son soutien à Vladimir Poutine

Si l’Union européenne n’attend pas grand-chose de cet échange, en revanche, la Chine pourrait se réjouir de voir défiler les Européens à Pékin les uns après les autres. La visite de Charles Michel fait suite à celle du chancelier allemand Olaf Schulz et précédée, attendue en 2023, du président français Emmanuel Macron et du Premier ministre italien Giorgia Maloney.

Lire Aussi :  Le Zimbabwe met en orbite le premier satellite de son histoire

L’Union européenne a mis l’accent sur le renforcement de la coopération économique.

L’éloignement actuel des Européens vis-à-vis de la politique économique de Washington, perçue comme protectionniste, n’a évidemment pas échappé aux dirigeants chinois. Xi Jinping a proposé à Charles Michel. “Développer ensemble de nouveaux moteurs de croissance tels que l’économie numérique, la croissance verte, la protection de l’environnement, les nouvelles énergies et l’intelligence artificielle”. La Chine et l’Union européenne “La correspondance doit être rejetée” Pékin insiste.

Il vous reste 26,23% de cet article à lire. Ce qui suit est réservé aux abonnés.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button