comment les décisions de justice se sont imposées au gouvernement

Le resort ouvrira le 14 novembre 2022 sur la presqu'île de Giens (Var).

Lundi 21 novembre, il ne restait plus que quatre personnes au Centre de loisirs de la presqu’île de Giens (Var). Quatre font partie des 190 survivantsMer-Viking Les personnes placées dans cet espace ont été transformées en une zone d’attente internationale. C’est le dispositif fermé envisagé par le ministère de l’Intérieur lorsque le navire humanitaire a accosté au port militaire de Toulon le 11 novembre. Bangladesh, Erythrée, Syrie, Egypte, Pakistan, et même Mali, une façon de dire que les naufrages ne sont pas entrés sur le territoire. Afin de faire la distinction entre ceux qui sont éligibles à l’entrée et ceux qui seront expulsés, il faut d’abord vérifier s’ils demandent l’asile. Unique en son genre point chaud Seuls 44 mineurs non accompagnés ont été exclus de l’aide sociale.

Lire Aussi :  Au centre de rétention de Roissy « c’est la galère, on n'a pas à manger »

Mais dix jours après sa mise en place, le projet s’est estompé et a pris toutes les caractéristiques d’un échec politico-juridique exploité par la droite et l’extrême droite.

Dans le cadre de la procédure d’asile d’urgence à la frontière de la zone d’attente internationale, le ministère de l’Intérieur a reçu 123 refus d’entrée sur le territoire, compte tenu des constats préliminaires de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides. la majorité des survivants n’étaient pas des réfugiés.

Lire Aussi :  comment évolue le niveau des élèves en France ?
A lire aussi : L’article est pour nos abonnés Chaos juridique pour les survivants immigrés de l'”Ocean-Viking”.

Alors que près d’une centaine de personnes avaient déjà quitté la zone d’attente de Giens, ces refus d’entrée étaient pour l’essentiel nuls et non avenus. Lors d’une audience chaotique de deux jours les 16 et 17 novembre, la cour d’appel d’Aix-en-Provence a en effet confirmé leur libération, confirmant la décision initiale des juges du tribunal de Toulon. Ce dernier a refusé de prolonger la durée de séjour en zone d’attente sollicitée par l’Etat du Var, estimant que le délai légal de vingt-quatre heures était dépassé.

Lire Aussi :  Ces régimes spéciaux que la réforme des retraites va supprimer

Mauvais équilibre

Marathon du tribunal de l’immigrationMer-Viking Le tribunal administratif de Toulon a constaté son épilogue et rejeté son recours contre le refus d’accès. Là aussi, une grande partie du procès a été interrompue, les juges n’ayant pu que constater que les requérants étaient déjà sur le terrain après avoir interjeté appel devant la cour d’appel d’Aix-en-Provence. Autorisation temporaire d’entrer en France.

Il vous reste 59,83% de cet article à lire. Ce qui suit est réservé aux abonnés.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button