Dans l’armée hongroise, les officiers prennent la porte en masse – Libération

Guerre entre l’Ukraine et la RussieCas

Plus d’une centaine d’officiers supérieurs ont été poussés à la retraite anticipée. Une décision surprise qui fait craindre un effondrement politique orchestré par un gouvernement qui a pris ses distances avec ses partenaires de l’Otan.

Leur nombre exact n’est pas encore connu avec certitude, mais l’ordre de grandeur est assez parlant. Plus d’une centaine d’officiers supérieurs hongrois, dont des colonels et même des généraux, ont été mis en préretraite sur ordre du ministère de la Défense. Un nouveau décret vient de donner à Budapest le pouvoir de résilier les contrats des officiers de plus de 45 ans ayant accumulé au moins vingt-cinq ans de service.

Selon une enquête des médias indépendants Télex, Ils feront partie des 100 et 200 qui ont déjà été poussés vers les sorties, et leur nombre devrait augmenter dans les prochaines semaines. Officiellement, cette grande purge est motivée par une volonté de rajeunir l’armée et de dynamiser ses rangs de jeunesse. De nombreux membres de l’opposition ont trouvé cette explication un peu courte, tirant la sonnette d’alarme.

Lire Aussi :  Devenez juré du Fauve d’Angoulême

“De l’Otan”

En effet, la décision est d’autant plus surprenante qu’elle s’inscrit dans le contexte de renforcement de l’armée hongroise, objectif du gouvernement de Viktor Orbán depuis 2017. L’année dernière, avec le déclenchement de la guerre en Ukraine au bord du gouffre. Les dépenses de défense de la Hongrie ont augmenté de 30 %. Ils doivent atteindre l’objectif de 2% du PIB recommandé par l’OTAN pour tous ses membres d’ici 2024.

Selon Agnès Vidai, députée de l’opposition et ancienne ministre des Affaires étrangères au ministère de la Défense, l’enjeu est désormais d’agir. De l’OTAN de l’armée hongroise. “Les officiers de plus de 45 ans sont ceux qui ont une expérience internationale, qui parlent des langues étrangères et qui ont été formés aux codes de l’OTAN”. il a souligné. La manière dont de nombreux soldats ont appris leur retraite anticipée renforce la présomption de pureté politique. Selon télex, Certains ont été appelés à Budapest pour recevoir des lettres de remerciements alors qu’ils étaient en mission à l’étranger ou engagés auprès de l’OTAN.

Lire Aussi :  Explosion d'un gazoduc en Lituanie, pas de victimes

Un ministre de la Défense contesté

Par ailleurs, le profil du nouveau ministre de la Défense nommé cet été a déjà suscité plusieurs interrogations. Kristóf Szalay-Bobrovniczky, 52 ans, ancien ambassadeur et homme d’affaires, est soupçonné d’avoir des liens avec la Russie via un consortium russo-hongrois actif dans le secteur ferroviaire dont il était actionnaire. Il est également soupçonné d’avoir un conflit d’intérêts, cette fois en tant qu’actionnaire d’un avionneur tchèque qui vient de vendre des jets à l’armée magyare.

Lire Aussi :  Rugby - Pro D2 : l'ouvreur international Elton Jantjies vers le SU Agen ?

Bien que la Hongrie soit membre de l’OTAN, Budapest reste une préoccupation pour l’alliance. Le Parlement n’a pas encore voté pour ratifier l’adhésion à l’OTAN de la Finlande et de la Suède, faisant de la Hongrie le seul pays à retarder le processus, avec la Turquie. La perméabilité du pays aux services de renseignement russes expose également Moscou au risque de fuite d’informations classifiées. Surtout, Budapest est restée fidèle à sa ligne « pacifiste », refusant d’envoyer des armes à l’Ukraine ou même de laisser passer des convois d’armes sur son territoire. Cependant, la Hongrie a confirmé cette semaine son opposition aux nouvelles sanctions, acceptant d’envoyer 500 millions d’euros d’aide militaire européenne supplémentaire à Kyiv.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button