France: Dans les Alpes, les stations de ski confrontées aux pénuries d’énergie

Cécile Mantovani et Carolyn Peillis

PARIS (Reuters) – Les stations de ski des Alpes françaises tentent d’économiser de l’énergie en suivant le plan d’efficacité énergétique du gouvernement, la moitié d’entre elles déclarant que leurs factures d’électricité sont trois à six fois plus élevées que les années précédentes.

En cas de faible fréquentation à Chamonix, la vitesse des remontées mécaniques sera réduite de 10%. Les ascenseurs seront réduits de 30% si les fournisseurs d’électricité avertissent qu’ils ne peuvent pas répondre aux besoins de la station.

De nombreuses stations, dont Chamonix et Val Thorens, se sont également engagées à limiter la production de neige artificielle et à réduire le chauffage dans les bâtiments, ont indiqué des responsables.

Lire Aussi :  Le couple France-Allemagne bat de l’aile, voici pourquoi

A Val Thorens, les employés de la restauration et du personnel d’entretien pourront se mettre au travail 10 minutes avant l’ouverture des pistes, au lieu de voir les remontées mécaniques tourner quasiment à vide pendant une heure.

Selon Benjamin Blank, directeur régional des 3 Vallées, qui fait partie de Val Thorens, les clients ne ressentiront pas les effets de ces mesures.

La moitié des stations de ski françaises ont dû renégocier leurs contrats d’électricité cette année dans un contexte d’inflation record et s’attendent à ce que leurs factures annuelles augmentent de trois à six fois en 2023, a déclaré le président des Domaines skiables de France (DSF), Alexandre Maulin.

Lire Aussi :  Pourquoi les attaques informatiques contre les hôpitaux en France se multiplient-elles ?

Dans la région des Sibelles en Savoie, les factures énergétiques devraient atteindre 1,6 million d’euros en 2020 contre 400.000 euros, a-t-il expliqué.

Le prix des remontées mécaniques devrait augmenter d’environ 5%, mais cela ne couvrira pas tous les frais d’exploitation, a ajouté Alexandre Maulin.

Lire Aussi :  un portrait tout en nuances par Gérard Miller

Val Thorens a pu décrocher un contrat avec EDF avant la hausse des prix de l’énergie, mais la station doit maintenant trouver une solution pour la saison prochaine.

“Nous sommes toujours des grimpeurs. Notre objectif principal est que nous ayons toujours survécu à cela et cette fois nous nous en sortirons car nous nous adapterons à tout ce qui se passera”, a déclaré Jérôme Grellet, PDG de la SETAM, la société qui gère la montagne. Remontées mécaniques à Val Thorens.

(Écrit par Caroline Peilliez ; version française par Camille Reynaud)

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button