“Je suis du côté du peuple iranien”

Le réalisateur des films “Une séparation” et “Héros” répond aux propos des actrices Golshifteh Farahani et Zar Amir Ebrahimi, qui l’ont vivement critiqué dans une interview à “Télérama”.

dans une grande interview avec Télérama :L’actrice iranienne Zar Amir Ebrahimi, exilée en France, accuse le réalisateur Asghar Farhadi. “Tais-toi pendant que des gens risquent leur vie dans la rue.” Manifestations pour la liberté en Iran. Et cela demande à son collègue et ami Golshifteh Farahan, le plus critique “La France arrête d’idéaliser cet homme qui a longtemps abusé de son pouvoir.”. le directeur deUne séparationactuellement au Festival international du film de Marrakech, où il doit donner deux master classes avant de partir aux États-Unis pour préparer son prochain projet, réagit à ces attaques.

Zar Amir Ebrahimi vous reproche votre silence face au soulèvement du peuple iranien après l’assassinat de l’étudiante Mahsa Amini en septembre. Que lui répondez-vous ?
J’ai trouvé cette déclaration extrêmement surprenante car ce que dit Zar Amir Ebrahimi est complètement faux. Faites simplement une recherche sur Google et consultez mon compte Instagram pour voir tout ce que j’ai posté sur la situation en Iran. Il y a presque un an aujourd’hui, j’ai publié le texte le plus agressif qu’un artiste iranien ait écrit contre le gouvernement, intitulé “Je te déteste”.

Avant même d’apprendre la mort de Mahsa Amini, j’ai posté un texte de protestation sur Instagram. Neuf jours plus tard, alors que j’étais encore en Iran, j’ai enregistré une vidéo en anglais appelant les militants des droits de l’homme et les intellectuels du monde entier à prendre position pour les manifestants. Puis j’ai publié un texte de soutien aux manifestants, qui a été lu par le jury du festival de Zurich, dont j’étais président, lors de la cérémonie de clôture. Lorsque j’ai reçu le prix Werner-Herzog à Munich, j’ai dédié ce prix au peuple iranien et aux personnes qui sont descendues dans la rue, risquant leur vie pour leur propre destin. Zar Amir Ebrahimi aurait dû être au courant de toutes mes positions. Et il sait aussi que les médias grand public m’ont attaqué lorsqu’il a reçu son prix du commentaire à Cannes en mai dernier, un prix auquel j’ai contribué.

En Occident, vous avez une réputation de cinéaste moins critique à l’égard du régime iranien que vos confrères Jafar Panahi ou Mohammad Rasulof, en prison depuis juillet…
Il est moralement discutable de dire que je me tais. La perception de la plupart des réalisateurs iraniens est que nous sommes subordonnés au gouvernement. Mais si tel était le cas, pourquoi les chiffres officiels montreraient-ils que 100 cinéastes ont été interdits de quitter la zone ? Il est de notre devoir de montrer notre soutien aux Iraniens qui luttent, même si notre contribution est presque nulle par rapport aux actions des jeunes manifestants et à ce que vit le peuple. Nous nous plaignons depuis des années à travers des forums collectifs, que j’ai souvent initiés ou même rédigés moi-même.

Lire Aussi :  La Brea saison 2 : un mort, des secrets révélés... les premières infos sur la suite

Lorsque les autorités iraniennes ont voulu mettre Rasulof en prison il y a quelques années, je suis allé manifester devant le tribunal avec d’autres cinéastes. Panahi est mon ami, nos familles se voyaient. A la conférence de presse de mon film Tout le monde sait, A Cannes en 2018, j’avais dit qu’il était inacceptable que Panahi soit assigné à résidence en Iran. C’est quand même incroyable qu’en dépit de tous ces faits, deux personnes en viennent à se contredire, à croire que je ne serai pas du côté du peuple. Leurs paroles n’ont aucun mérite en Iran, car tout le monde là-bas connaît la vérité des faits.

Golshifteh Farahani vous accuse d’avoir “volé l’histoire de votre élève Azadeh Masihzadeh” pour écrire votre dernier film The Hero (2021)…
Golshifteh Farahani dit des choses fausses sur moi depuis des années. Avant de parlerUn héroJe voudrais revenir sur sa propre attitude en préparationÀ propos d’Ellie (2009). Puis j’ai découvert que Golshifteh avait participé à la réalisation du film Mensonge d’étatPar Ridley Scott. Je n’ai eu aucun problème avec ça, mais quand je lui ai demandé confirmation, il m’a assuré qu’il avait seulement lu le scénario, pas réalisé le film. Quelques jours avant les premiers tournages, j’ai été convoqué au ministère de l’Information, où l’on m’a demandé de ne pas engager Golshifteh, sous peine de voir le film confisqué. Malgré le risque, j’ai tiré À propos d’Ellie comme prévu, alors que Golshifteh s’est engagé avec enthousiasme dans le rôle. Mon problème n’est pas qu’il ait fait ce film américain, mais qu’il me l’ait caché.

Lorsque? À propos d’Ellie, après que la première interdiction a finalement pu quitter le pays et apparaître au festival de Berlin, Golshifteh a eu une attitude étonnante. En présence des caméras, il a quitté l’équipe de tournage, et quand les journalistes n’étaient pas présents, il nous a rejoints sans problème. Il a même dit dans une interview à l’époque que je lui demanderais d’écrire une lettre au guide suprême de la révolution islamique. inventer de telles choses est dégoûtant. A quoi bon s’excuser auprès des autorités lorsque le film sortira enfin ?

Lire Aussi :  Tous contre tous - Paul Jankowski :: FROGGY'S DELIGHT :: Musique, Cinema, Theatre, Livres, Expos, sessions et bien plus.

Un an plus tard, alors que je travaillais Une séparation, le Centre du film iranien m’a décerné un prix. J’ai prononcé un discours très fort sur scène, protestant contre l’exil forcé de plusieurs personnalités, et j’ai notamment cité Golshifteh, dénonçant le fait qu’il ne pouvait plus retourner en Iran. le tournage deUne séparation a été immédiatement arrêté par les autorités, il a fallu la protestation de mes collègues cinéastes, dont Abbas Kiarostami, qui a écrit un texte très fort, pour que je puisse reprendre le travail.

Une séparation ne pouvait pas exister à cause de mon soutien à Golshifteh, un soutien dont je sentais qu’il était de mon devoir. J’ai du mal à comprendre pourquoi il essaie de faire croire que je suis proche du régime iranien. Déguiser un compte personnel en position politique me semble contraire à l’éthique. De nos jours, alors qu’il n’y a rien de plus nécessaire que la solidarité et l’union, je trouve ces différences très regrettables.

Revenons au cas de “Hero”. Où est la dispute avec votre élève ?
Il y a huit ans, j’ai animé un atelier où cet étudiant a réalisé un documentaire. Ce documentaire, comme mon long métrage, est basé sur une histoire vraie qui s’est passée il y a deux ans et qui a été évoquée dans de nombreux médias de presse. Une fois publiées, les nouvelles entrent dans le domaine public. Un troisième auteur pourrait écrire une pièce basée sur les mêmes faits, personne ne pourrait l’accuser de plagiat. Par ailleurs, j’ai proposé à tous les élèves de cet atelier l’idée du culte des héros et l’intrigue d’un homme debout en héros comme guide pour le travail documentaire qu’ils devaient réaliser ; .

Les agressions de cette étudiante, rapportées par ses proches, ont commencé le jour de la présentationhéros, Au concours de Cannes en juillet 2021. J’ai d’abord essayé de résoudre ce conflit à l’amiable. Je lui ai proposé de le remercier à la fin, il a exigé que tous les revenus du film lui soient partagés et que ce soit dit au début. ceUn héro était basé sur son documentaire. mon producteur, Alexandre Mallet-Guy, m’a assuré qu’il n’y avait aucun fondement légal à cette affirmation.

Lire Aussi :  EXCLUSIF. Le JDD s’est rendu sur le tournage du prochain film de Woody Allen

Au début, un avocat qui ne connaît rien à la propriété intellectuelle a estimé qu’il y avait une raison d’enquêter sur l’affaire ; le plaignant a alors multiplié les déclarations publiques disant que j’étais inculpé alors qu’il s’agissait d’une simple saisine devant une juridiction spécialisée. ce type d’entreprise. L’affaire est entre les mains de la justice, et cette fois, heureusement, ce sont les experts du droit d’auteur qui pourront parler. Contrairement à ce que dit Golshifteh Farahan, je n’ai pas “écraser”et je n’en ai pas “menace” cet étudiant. il a accepté de signer un document indiquant que l’idéeUn héro m’appartenait Je précise que tous mes collègues sont très surpris par ces accusations, car ils me connaissent bien et savent que cela ne me ressemble pas.

Allez-vous retourner en Iran ?
Mon désir est de revenir, ma famille est là-bas et j’aime mon pays. Sachant que mon nom est désormais sur la liste des cinéastes interdits de sortie du territoire ; dès mon retour à Téhéran, mon passeport sera confisqué. Ce n’est pas la seule limite qui me frappe. avant le début des manifestations, j’ai été inscrit sur la liste des cinéastes interdits de travail. Ils ne m’ont pas dit pourquoi…

Après l’enquête de mes collaborateurs, nous avons réussi à obtenir deux informations. Je suis accusé de le présenter Un héro A la fête de Jérusalem [la République islamique d’Iran ne reconnaît pas l’existence de l’État d’Israël, ndlr]Pour avoir été membre du jury cannois qui a décerné le prix d’interprétation féminine à Zar Amir Ebrahimi. De plus, il m’est interdit de faire du commerce, mais compte tenu de l’actualité, je suis plus préoccupé par la situation en Iran que par la mienne.

Quel résultat voyez-vous pour la révolution en cours en Iran ?
Rien ne peut empêcher cette colère accompagnée d’un grand espoir. C’est un mouvement énorme et très profond. Une grande union s’est créée. Alors malgré toute cette violence, ça me remplit d’espoir. Je profite de cette interview pour vous rappeler que des milliers de personnes ont été arrêtées et certaines ont reçu des menaces de mort depuis les manifestations. J’appelle tous les lecteurs à faire tout leur possible pour que les prisonniers soient libérés et que les condamnations à mort ne soient pas exécutées.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button