La ministre Eléonore Yayi félicite les participants et le comité d’organisation

Scènes : 5

Le deuxième Colloque international pluridisciplinaire s’ouvre ce mercredi 16 novembre 2022 à l’Amphithéâtre Idriss Debi Itno de l’Université d’Abomi-Kalawi : « Nouveaux enjeux d’anthropologie et de sociologie rurale pour le développement durable en Afrique ». Pendant trois jours, les participants de 9 universités d’Afrique et d’Europe se focaliseront sur l’appropriation des nouvelles connaissances sur les conditions de vie des populations rurales et le regard de la société sur les notions de « rural » et de « modernité ».

Le président du comité d’organisation Abdullah Banun Monra, ministre et quelques enseignants

Ce qui est important? : Cette initiative émane du Laboratoire d’Anthropologie Appliquée et d’Education pour le Développement Durable (LAAEDD)/UAC et intervient dans un contexte de désintérêt pour les études rurales en Afrique. L’objectif est d’attirer l’attention des chercheurs, notamment en sciences humaines et sociales, sur les questions rurales. Ce symposium international pluridisciplinaire a réuni une centaine de chercheurs juniors et seniors d’une vingtaine d’universités, centres et instituts de recherche de huit pays africains et européens. Ces experts de premier plan venaient du Bénin, du Burkina Faso, du Cameroun, du Niger, de la Côte d’Ivoire, du Sénégal, du Togo, de la Belgique et de l’Allemagne. Placide Clédjo, directeur de l’EPDC

Ce qu’il faut retenir des activités. : Les travaux se déroulent sous forme de panel avec différents thèmes suivis de discussion. C’est l’occasion pour les experts, les décideurs politiques, les acteurs ruraux et les acteurs de la société civile de partager leurs idées et leurs approches autour de la communication entre autres : innovations agricoles et environnementales en milieu rural ; transhumance et dynamiques foncières rurales ; Femmes, organisations paysannes et économie rurale, créativité, éducation et développement durable en milieu rural, etc. Représentant le Recteur, le Professeur Patrick DY Houessou a souligné l’intérêt de cette rencontre dans son allocution.

Lire Aussi :  EN DIRECT - Guerre en Ukraine : Volodymyr Zelensky se rend dans le Donbass

Ce que les acteurs ont à dire. : Le Président du Comité d’organisation, Dr. (MC) Abdule Benyon Monra a rappelé l’organisation du symposium et a remercié tous ceux qui ont contribué au succès de l’activité. Ainsi, après les indépendances en Afrique, de nombreux pays ont entamé des politiques d’appropriation des connaissances scientifiques, qui étaient du ressort exclusif des puissances coloniales. Il souligne que les pratiques sociales et culturelles associées aux pratiques agricoles et autres soutiens sociaux de base ont perdu leur visibilité dans les champs de recherche en sciences humaines et sociales au cours des dernières années. Si ce dernier a fortement influencé les travaux de recherche des anthropologues et sociologues occidentaux dans les années 1960, depuis, selon lui, l’étude anthropologique et sociologique du monde rural est indissociable. Ils se présentent comme des sujets essentiels, transitoires et multidimensionnels du bien-être social dans le processus de développement durable en Afrique. “L’étude du village aujourd’hui comme un environnement stable et quelque peu moderne est étroitement liée à l’innovation, la mécanisation agricole, le développement technologique, en particulier les réseaux sociaux qui transportent en une fraction de seconde, avec la ville et son expérience. C’est fini. Dans le village, l’entrée de jeunes agri-entrepreneurs dans des start-up telles que la production agricole. La sociologie et l’anthropologie rurales doivent comprendre les mécanismes organisationnels de base pour la préservation et la valorisation de l’environnement rural », explique-t-il. De son côté, le président de la Le Comité Scientifique du Symposium, le Prof. Muhammad Abdu, estime que ce thème est de grande envergure, d’actualité et important pour l’avenir des individus, des communautés, des collectivités, des états et des nations. ainsi que les gouvernements et l’ensemble de la société civile. » Selon ses explications, les politiques et stratégies mises en œuvre jusqu’à présent n’ont pas livré leur plein potentiel dans un grand nombre de pays. « Réformes, qualité de la formation, pertinence des programmes, succès du monde rural et l’intégration sociale, qui sont intrinsèquement liées, avec force et enthousiasme. Des questions sont posées. Ils nécessitent des changements pour mettre en place des mécanismes structurés d’accompagnement, de soutien et de services d’accompagnement à tous les niveaux et paliers, du monde rural à l’université. Ils conduisent souvent à la nécessité de considérer les fondamentaux. Même les systèmes en place et sur l’appropriation des nouvelles connaissances », a-t-il martelé. Cette conversation, soutenue par la doyenne de la Fash, Monique Ovasa-Quaro, est l’expression de la vitalité de la Faculté des sciences humaines et sociales où la tradition scientifique les rencontres se maintiennent et se renforcent depuis longtemps. Il a ajouté que « la diversité des participants, des institutions d’origine, des pays d’origine ainsi que la pertinence des sujets de communication est l’une des réussites de ce symposium scientifique international et pluridisciplinaire ». un indice important.”

Lire Aussi :  date 2023, don, quels cancers ?

Dans l’autre cas : Il est à noter que la Conférence Inaugurale de ce Symposium est centrée sur le thème : « Mise en œuvre par l’Education de l’Etat d’esprit pour le Développement en Afrique ». Il a été animé par le Dr Florentine Houdino, maître de conférences CAMES à l’université.

Lire Aussi :  INFO EUROPE 1 – Le renseignement français a percé les derniers secrets de la mafia chinoise

La ministre Elonor Yai a félicité les participants et le comité organisateur du symposium

Une vue partielle des participants au début du discours

La ministre en charge de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique Elonor Yai Ladkan a participé à ce colloque international pluridisciplinaire. Au deuxième jour des activités de cette rencontre scientifique, il a effectué une visite surprise du site à l’occasion de sa profession, travaillant dans les ateliers des locaux de X-Flashes. Au niveau du campus numérique francophone de l’Université Abomi-Calvi. A leur arrivée, l’autorité ministérielle a visité quelques lieux où se déroulent divers panels et travaux de groupe. Il a interagi avec les participants, les encourageant notamment à réfléchir sur le sujet qui est lié aux zones rurales et qui est important tant pour les chercheurs que pour les gouvernements. La Ministre Elonor Yayi n’a pas manqué de féliciter le comité d’organisation dirigé par le Pr Abdoulaye Benoun Munra. A noter que ce colloque se conclura le vendredi 18 novembre 2022 par une cérémonie de clôture au cours de laquelle seront présentés le compte rendu des travaux de ces rencontres et les principales résolutions.

Alban a joué

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button