La pollution lumineuse s’aggrave : là où on voyait 250 étoiles, on n’en voit plus que 100

La pollution lumineuse augmente, couvre le ciel : en seulement dix ans, la différence est visible.

C’est incroyable : à mesure que le ciel devient plus lumineux, la zone du ciel s’assombrit. La pollution lumineuse, en particulier dans les villes, crée une sorte de “brouillard”. On voit plus de stars à la campagne que par la fenêtre d’une maison parisienne. Ce phénomène est connu, 85% de la France est exposée à cette pollution, mais elle semble en forte augmentation.

Un rapport publié dans La science Le 19 janvier 2023 recueille 51 351 observations fournies par des scientifiques citoyens. Les données proviennent du monde entier, mais se trouvent principalement en Europe et en Amérique du Nord. Le but de la leçon : prendre la couverture stellaire visible à l’œil nu. La conclusion n’est pas bonne.

Le ciel nocturne est devenu deux fois plus clair

Le rapport montre que chaque année, entre 2011 et 2022, la luminosité du ciel a augmenté de 9,6 %. Le ciel nocturne est donc devenu deux fois plus clair cette fois. Elle est associée au rapport avec une augmentation égale de l’augmentation de la pollution lumineuse – lumière émise par les personnes (lampadaires, dans les maisons, feux de voiture, etc.).

Lire Aussi :  nomination d'Alexandre Conroy en qualité de Président du Conseil d'administration

Pour illustrer l’impact du béton sur la vue du ciel, les auteurs écrivent qu’à un endroit où une personne aurait pu voir 250 étoiles à l’œil nu en 2011, ce nombre tombera désormais à 100 en 2022.

Les villes émettent de la pollution lumineuse : le ciel devient plus transparent.  // Source : Sam Willis / Pexels
Les villes émettent de la pollution lumineuse : le ciel devient plus transparent. // Source : Sam Willis / Pexels

Cette augmentation est plus rapide que le changement de température [de lumière] vue satellite “, écrivent les auteurs. Pourquoi y a-t-il une telle différence ? La réponse se trouve dans la forme de la lumière émise : les détecteurs installés sur les satellites ne voient pas la lumière émise par les LED (diodes électroluminescentes) créées au 21e siècle.

Lire Aussi :  Nouvelle ressource sur la maladie du ver pulmonaire du rat pour aider les médecins à diagnostiquer et à traiter

En la matière, des technologies performantes permettent d’éclairer plus pour le même coût économique. “ Cela se traduit par la floraison de nouveaux lampadaires, bâtiments et paysages, panneaux d’affichage numériques et «l’embellissement» des jardins, entre autres utilisations. “, notent les auteurs.

La pollution causée par la lumière artificielle est un problème pour les astronomes, qui éloignent leurs observatoires des zones urbaines. Mais, plus encore, c’est une catastrophe environnementale. Diverses espèces sont perturbées par cette modification de la barrière lumineuse – comme les pousses, par exemple, dont la reproduction est affectée.

Les auteurs invitent à une prise de conscience plus profonde des dangers de la pollution lumineuse. ” En regardant des photos et des vidéos de l’hémisphère nocturne de la Terre prises par la Station spatiale internationale, les gens sont souvent frappés par la “beauté” des lumières de la ville, comme les lumières d’un sapin de Noël. “, Ils s’inquiètent.” Ils ne voient pas que ce sont des images sales. C’est comme admirer la beauté des couleurs de l’arc-en-ciel produites par l’essence dans l’eau et ne pas se rendre compte qu’il s’agit d’une pollution chimique. Ils notent également que la lumière artificielle est liée à l’atout de la sécurité routière (qui n’est pas clairement montré) et à la personne (cela n’est pas non plus montré).

Lire Aussi :  Xbox et les Game Awards : le rendez-vous manqué et la promesse d’infos « bientôt » | Xbox One

Ils demandent donc que des mesures spécifiques et fortes soient prises contre ce type de pollution, afin de restaurer l’environnement nocturne. Nous avons besoin de nouvelles tendances traiter la lumière comme un véritable polluant. »


Vous aimez nos médias ? Dites-le nous dans cette revue !

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button