« La pratique de l’intégration verticale est le nouveau combat de l’antitrust américain »

Zombie dans

Stu appel du devoir, nous ne faisons pas de dentelle. Arme à la main, tirez en premier pour tuer les méchants. Comme dans le vieil ouest. Mais qui est le méchant ? Pour le “shérif” américain de l’antitrust, c’est clair Microsoft. Jeudi 8 décembre, la Federal Trade Commission (FTC), qui supervise le droit de la concurrence aux États-Unis, a annoncé vouloir s’opposer au rachat du studio de jeux vidéo Activision, créateur du célèbre. appel du devoir. Pour cela, Microsoft a débloqué l’artillerie lourde, soit 75 milliards de dollars (71 milliards d’euros), la plus grosse opération financière de son histoire.

A lire aussi : Rachat d’Activision Blizzard par Microsoft : la Commission européenne ouvre une enquête

Pour la FTC, cette acquisition pénalisera sévèrement la concurrence et donc, par extension, l’innovation et le consommateur. Cependant, les analystes estiment qu’après cette acquisition, le groupe fondé par Bill Gates ne détiendrait que 11% du marché publicitaire des jeux, derrière le chinois Tencent et le japonais Sony.

Lire Aussi :  Emirates Agence Nouvelles - Le Centre national de météorologie accueillera le sixième Forum international sur l'amélioration de la pluie à Abou Dhabi

Mais ce que les autorités américaines craignent, c’est que l’entreprise, déjà troisième fabricant mondial de consoles de jeux, en profite pour combiner les deux : la puissance de feu de sa plateforme Xbox et les jeux addictifs d’Activision. “Microsoft aura les moyens et les incitations pour utiliser les prix et réduire la qualité des produits d’Activision sur les plateformes concurrentes”dit la FTC.

“Idéologique”

Cette pratique de l’intégration verticale est la nouvelle bataille de l’antitrust américain. Sa directrice, Lina Khan, a été nommée par Joe Biden, opposant bien connu à l’hégémonie des stars du numérique. Avocat de renom, spécialiste du droit de la concurrence, a partagé la stratégie d’Amazon, champion en la matière. L’outrage dirigé contre Microsoft est du même ordre.

Lire Aussi :  « Une fraction de la lumière est absorbée par le module, générant de l'électricité, le reste de la lumière est transmis »
Lire à nouveau L’article est réservé à nos abonnés Microsoft, qui détient un rachat record d’Activision, convertit les cartes en jeux vidéo

Ça existe déjà dans les systèmes informatiques et les consoles de jeux, ça va au plus profond. Et lorsque les consoles sont remplacées par les jeux en ligne, il profite de la position de force du cloud computing pour réunir sous un même toit l’infrastructure, les données des utilisateurs et le contenu. Contacter le client et clôturer le marché.

Lire Aussi :  Assassin’s Creed : Mirage, Infinity, Red, au-delà des jeux, quelle stratégie pour Ubisoft à l’avenir ?
Lire à nouveau Microsoft achète le géant du jeu vidéo Activision Blizzard pour 690 millions de dollars, une somme record dans l’industrie.

Ce vertige de la verticalisation atteignant Amazon, Google ou Facebook est loin d’être nouveau. Dans leur intéressant livre Nouveau western (Le Cherche Midi, 210 pages, 19 euros), les économistes Olivier Bomsel et Rémi Devaux rappellent que la compagnie pétrolière Standard Oil, détenue par Rockefeller, à la fin du XIX.e siècle, sur le même principe, en rachetant progressivement tous les acteurs de la filière, du puits à la canalisation.

Il vous reste 17,3% de cet article à lire. Ce qui suit est réservé aux abonnés.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button