le droit à informer de l’application Yuka reconnu en justice

Un client utilise l'application Yuka dans un supermarché à Paris en novembre 2020.

En 2021, la pétition Yuka a remporté sa première victoire juridique après trois condamnations par des tribunaux inférieurs contre des représentants de l’industrie alimentaire et des boissons pour pratiques commerciales déloyales et trompeuses. Le 13 septembre 2021, la cour d’appel d’-en-Provence a cassé une affaire contre le site d’informations nutritionnelles d’ABC industrie. Au cœur du procès : la question des nitrites, ces additifs qui prolongent la durée de conservation de la charcuterie et, sans compter, donnent au saucisson sa couleur rose. Au fil des années, les articles scientifiques se sont accumulés sur les propriétés génotoxiques et cancérigènes des composés nitroso formés dans le tube digestif lors de la consommation de nitrites, et médecins, patients et associations de consommateurs demandent leur interdiction.

Lire Aussi :  Hospitalisations en France ce lundi 31 octobre 2022 : taux d'occupation lits de réanimation par région
A lire aussi L’article est pour nos abonnés La bataille entre l’application Yuka et l’industrie de la charcuterie continue

La branche ABC, qui a attaqué Yuka, qui aurait 18 millions de clients en France, a relevé que ses hamsters recevaient une mauvaise note de 9/100 sur la base du préjudice économique et étaient étiquetés “A éviter” indiquant la présence d’additifs nitrites. La société conteste également que Yuka propose directement sa propre pétition pour interdire les nitrites de la Ligue contre le cancer et de Foodwatch.

La cour d’appel d’Aix-en-Provence semble conforter la mauvaise note accordée au saucisson dans sa décision. “les critères sont parfaitement expliqués à l’utilisateur dans l’application”. La cour d’appel rappelle que les activités de Yuka visent à informer les consommateurs et à les aider dans leurs choix. “En diffusant les informations mentionnées dans la candidature, Yuka n’a pas outrepassé la liberté d’expression reconnue dans le texte”Le tribunal a noté qu’il était raisonnable de déplacer Yuka de son site vers la page de candidature.

Lire Aussi :  le Mexique tente de déstabiliser la Pologne, le Danemark bute sur la Tunisie
A lire aussi : L’article est pour nos abonnés La demande de Yuka a été rejetée par le tribunal de première instance pour diffamation de l’association des commerçants de viande.

“Essayer de cacher des informations sur les risques”

“Cette décision met fin aux efforts visant à supprimer les informations sur les risques associés aux nitrites ajoutés”, répond la fondatrice de Yuka, Julie Chapon. Entre la condamnation du tribunal de première instance et son annulation par la cour d’appel, une étape majeure de l’affaire a eu lieu en juillet : l’Agence nationale de sécurité sanitaire, de l’environnement et de l’alimentation (Anses) a publié ses conclusions. Le lien entre exposition aux nitrites et risque de cancer du côlon a été cité à plusieurs reprises par la Cour d’appel d’Aix-en-Provence. Ce lien En 2015, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a classé la viande transformée comme “cancérogène avéré”. L’Anses recommande d’interdire ces additifs sans commentaire “Action active” dans le but de réduire “autant que possible” utiliser dans les aliments.

Lire Aussi :  En France, 41% des e-commerçants ont été victimes d’une cyberattaque

Il vous reste 44,94% de cet article à lire. Ce qui suit est réservé aux abonnés.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button