l’entreprise Alberdi récompensée lors de la 11e édition des trophées « Auto Recyclage »

Philippe Alberdi voit le trafic ininterrompu de ces véhicules à peine déchargés, ramassés en bon état, les uns sur les autres, les uns après les autres. Au fil des ans, de démolisseur, il est devenu démolisseur, puis déconstructeur, puis recycleur, à l’image des 1 700 Centres de véhicules hors d’usage (VHU) en France, dont l’agrément rigoureux élimine les chantiers illégaux.

Lire Aussi :  Vision de développement - Des territoires en plein essor économique !

Récemment, « Auto Recyclage », le magazine de référence en France des professionnels de l’automobile et de l’écologie, a réuni 280 acteurs de la filière de traitement VHU. Une forte participation qui montre la capacité des professionnels à se mobiliser malgré les restrictions affectant le carburant et les transports.

Lire Aussi :  Narbonne : le Salon du Made in France, un stimulateur de croissance pour les jeunes pousses de l'économie

Travail détaillé

Dix centres de traitement agréés VHU ont été récompensés pour leur performance environnementale lors de la 11e édition des Trophées « Auto Recyclage », dont la société Hendaya Alberdi, qui a reçu le trophée Coup de cœur.

“Avec mon équipe, nous sommes très heureux. Ce trophée est la récompense d’un travail minutieux et contraignant qui a connu une grande évolution depuis 2015. Maintenant c’est dans l’air du temps mais on a anticipé cette évolution il y a 10 ans”, confie Philippe Alberdi, qui a créé son entreprise en 1978 et s’apprête à agrandir encore la surface de stockage pour accueillir 750 véhicules supplémentaires, portant le nombre d’épaves échouées. dans l’entreprise à 2 463.

Lire Aussi :  10% des dirigeants de TPE/PME pensent stopper leurs activités

Lors de la 11ème édition des Trophées


Lors de la 11ème édition des Trophées “Auto Recyclage”, Philippe Alberdi a reçu le trophée Coup de coeur.

docteur

Protéger l’environnement

Le trophée représente un véhicule fabriqué avec des crocs de pelleteuse. Pour en bénéficier, les critères sont stricts. “Lorsque les véhicules arrivent, nous les sécurisons d’abord. Ils sont enlevés, démontés puis broyés. Les pièces réutilisables, démontées et traçables sont garanties un an. Ils sont revendus en tant que pièces détachées d’occasion. La fin de vie des véhicules se termine dans la presse puis dans les fonderies”, explique Philippe Alberdi.

Ces voitures sont ramenées par des particuliers ou des compagnies d’assurances après un accident ou un dommage irréparable.

Les demandes de pièces détachées d’occasion sont fréquentes, les clients se rendant sur un site internet qui les met en relation avec un réseau de centres VHU, tous soumis à des règles de protection de l’environnement.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button