Les cavaliers du Top 10 mondial au Jumping International » La lettre économique et politique de PACA

Version imprimable, PDF et e-mail

Le Jumping International de Bordeaux a enregistré des engagements complémentaires.

Le Suisse et ancien n°1 mondial Pius Schwizer est actuellement 18e au classement général de la Coupe du monde à la recherche de dix points pour se qualifier pour la finale à Omaha.

Du jeune suisse Eduard Schmitz, n°42 mondial, 35e au classement général et encore environ 25 points à gagner.

Le Français et local Olivier Robert de l’étape bordelaise sans aucun point pour cette Coupe du Monde 2022-2023… mais de nombreuses victoires en CSI 5* !

Du tout jeune Jean Southern (20 ans), cavalière du Sud-Ouest, tout juste originaire de Toulouse, qui sera la deuxième femme à porter les couleurs de la France à Bordeaux. Elle est élève de Simon Delustri et a déjà de bons classements en CSI5*

De plus, les qualifiés pour la finale de la Coupe du monde d’attelage FEI à 4 sont :

Boyd Exell (Australie)

Chardon d’Ijsbrand (NED)

Cos de Ronde (NED)

Chardon de Bram (NED)

Jérôme Voutaz (SUI)

Dries Degrieck (BEL)

+ Benjamin Allaud (FRA – Wild Card)

Depuis 50 ans, les meilleurs cavaliers mondiaux ont rarement manqué ce rendez-vous qui commence avec le numéro un mondial de chaque époque. Et cette édition cinquantenaire n’échappera pas à la tradition. Le plateau s’annonce spectaculaire et sera mené par le numéro un mondial en titre, double champion du monde en titre, individuel et par équipe, et leader de la Coupe du monde de Ligue européenne avec un record de 88 points, l’irrépressible Suédois Henrik von Ackermann. Qui est aussi le champion olympique par équipe !

Lire Aussi :  Aux Etats-Unis, la Chambre des représentants s’enfonce dans la crise

Une victoire à Bordeaux est un incontournable au palmarès d’un cavalier ou d’une cavalière et Steve Geverdet – le dernier vainqueur de la Coupe du monde de Bordeaux en 2020 – aura beaucoup de succès cette année. La qualité dans la quantité puisque le champion du monde suédois (photo) est suivi par d’autres habitants du top 10 mondial, à commencer par le numéro 3 mondial, Normand Julien Appard, ancien vainqueur de la Coupe du monde de Bordeaux en 2017 et du dernier Grand Prix de Bordeaux en 2020. , ou le n°4, le Néerlandais Harry Smolders, vice champion du monde par équipe.

Julien Épaillard n’est pas le seul coureur français en grande forme en ce moment. Le public bordelais sera ravi de retrouver un autre Normand, Kevin Stout – ancien (double) vainqueur de la Coupe du monde à Bordeaux et lorrain Simon Delestre, respectivement 11 et 12 au Longines FEI World Rankings. Tous trois se sont pratiquement qualifiés pour la finale mondiale d’Omaha aux États-Unis (4-8 avril). Pénélope Leprévost arrivera également à Bordeaux au top de sa forme avec deux récentes victoires à Bâle où elle s’est assuré le meilleur de sa carrière en Coupe du monde avec 1 petit point de pénalité avec Bingo del Tondou qu’elle pilotera à Bordeaux. . Le public bordelais sera également ravi de retrouver « son » ancien double vainqueur du Grand Prix Coupe du Monde, le très populaire « Bostie », Roger Yves Bost.

On verra aussi au départ, comme toujours à Bordeaux, une forte représentation allemande avec trois anciens numéros un mondiaux : Markus Ehning, chéri des Aquitains, Christian Ehlmann et Daniel Duesser avec Michael Jung et Jean-Friedrich Meyer-Zimmermann. Celui dont on se souvient pour l’incroyable victoire à Aix-la-Chapelle en 2011, les deux bras levés à la dernière haie, une image inoubliable, et qui vient de remporter l’étape de Coupe du monde à La Corona. Sera-t-elle la première femme à triompher à Bordeaux ? Au nom de la Belgique, on note, entre autres, l’engagement de Peter Davos, ancien vainqueur à Bordeaux (2018), équipe médaillée de bronze des JO de Tokyo. Daniel Duesser, accompagné du Brésilien Marlin Modulo Zanotelli et du vice-champion du monde néerlandais par équipe et médaillé de bronze individuel Mikel van der Veluten, font partie des six coureurs du top 10 mondial qui seront à Bordeaux. Ces deux derniers coureurs sont à la recherche de points pour décrocher leur billet pour la finale comme d’autres grands champions comme Harry Smulders par exemple, le Suisse Steve Gurdat ou le Britannique Scott Brush : Bordeaux est l’étape finale de la Ligue européenne. , le Grand Prix “Longines FEI Jumping World Cup™” samedi soir (20h30) risque d’être une chasse aux points désespérée !

Lire Aussi :  EN DIRECT - L'armée ukrainienne admet avoir cédé Soledar aux forces russes

BOYD : La vengeance aura lieu !

Boyd Exell à Bordeaux pour se venger de Bram Chardon qui l’avait battu en finale de la Coupe du monde l’an dernier à Leipzig.

La bataille pour la finale de la Coupe du monde d’attelage risque d’être tout aussi belle. L’Australien hollandais Boyd Axel cherchera à remporter un 10e titre mondial en salle mais affrontera le duo père-fils Chardon. L’an dernier, lors de la finale à Leipzig, Axel s’est fait piquer au chardon : son fils Bram, qui cette année avec son père Ijsbrand, étaient les deux meneurs qui l’ont le plus titillé ! Mais Axel a promis, il compte bien reprendre son titre à Bram à Bordeaux ! Le Français Benjamin Allaud, qui a tenté sa chance sur le circuit qualificatif réservé aux dix meilleurs joueurs du monde, est passé tout près de la qualification : il n’a cependant pas pu défendre les couleurs de l’équipe de France grâce à une wild card (invitation). Sera à Bordeaux. de l’organisation). On connaîtra la liste définitive des six finalistes à l’issue de l’étape de Leipzig le 22 janvier.

Lire Aussi :  EN DIRECT - Guerre en Ukraine : une nouvelle aide de 3 milliards de dollars fournie par les États-Unis

Michael Jung est de retour

L’ambiance lors du Divocks Indoor Derby ne devrait pas être plus calme que lors des éditions précédentes avec des coureurs comme l’Allemand Michael Jung (qui participera également au saut d’obstacles) : y aura-t-il quelqu’un cette année qui affrontera Karim Lagog dans sa désormais traditionnelle Les couples font-ils de la médiation ? Peut-être le Français Maxime Leveau, qui vient de remporter une épreuve similaire à Genève, un triplé incroyable des tricolores… devant Karim Lagow ? Ou un cavalier de compétition étranger comme l’Irlandais Cathal Daniels (septième à Genève), la jeune Suédoise Sofia Soborg, élève de Michael Jung, les coureurs olympiques brésiliens Carlos Paro, double champion sud-américain à Buenos Aires l’an dernier ou l’Espagnol Alberto Hermoso Un habitué du derby indoor Faris, Devococs ?

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button