Marbrier, un travail d’écoute et d’accompagnement des familles

Rencontre avec Damien et Christophe Rouillon, la sixième génération qui dirige la marbrerie familiale, créée au milieu du XIXème siècle.Un métier humain, qui côtoie chaque jour le deuil.

C’est peu dire que le travail du marbre se transmet en héritage dans la famille Rouillon. Créée par Fernand dans l’Ain, à Nantua, en 1953, l’entreprise de taille de pierre a ensuite été transmise à son fils, Ferdinand, et ainsi de suite, jusqu’à ce qu’elle repose désormais sur les épaules des frères Damien et Christophe Rouillon. , descendants de cette lignée d’artisans. Une fierté qui s’affiche également sur l’un des murs de l’entreprise, où se trouvent les photos de famille de tous ces Rouillons au travail, outil en main, durant le XXe siècle, à la manière de Retour vers le futur. “Nous sommes la sixième génération. Vous savez, quand on grandit dans un atelier de taille de pierre, les choses se font naturellement…, sourit Christophe, sans garantir que Rouillon restera Rouillon pendant des siècles et des siècles. La vie se passe.”

Lire Aussi :  Prix de l'énergie : 10 milliards d'euros d'aides aux entreprises disponibles à partir de ce samedi

Anticiper la vie après la mort

La vie. La mort. Ces concepts font partie du quotidien des deux frères Rouillon, qui ont repris le flambeau il y a une dizaine d’années. Ils se chargent de la création sur mesure de tombes, stèles ou columbariums en marbre ou en granit, cultivant un savoir-faire rigoureux. « Comme le disait notre grand-père, lors des funérailles, nous sommes connus et reconnus, nous sommes fiers de montrer Damien et Christophe, dont l’entreprise compte 28 salariés. Nous aidons les familles à créer des monuments dignes de l’hommage qu’elles souhaitent rendre à leurs proches. .”

Lire Aussi :  45 milliards de dollars ont été alloués par le Congrès américain pour l'Ukraine

A cet égard, le travail d’un marbrier se transforme en un travail d’écoute et d’accompagnement. « C’est un devoir à remplir, avec une approche très humaine, insiste Damien. Les gens accordent de l’importance à tous les détails. Lorsqu’ils entament une démarche pour préparer l’enterrement de leur famille, ils font attention à l’esthétique et au matériau de choix. , bien sûr, mais aussi pratique. Ils veulent quelque chose de durable, qui demande le moins d’entretien possible à l’avenir, car ils ne savent pas toujours si quelqu’un viendra s’occuper de leur tombe. Ils ne veulent pas qu’elle devienne un charge sur la famille leur.”

Lire Aussi :  Que réserve 2023 aux entreprises, aux RH et aux salariés ? - Mobilité interne - Fidelisation des salariés

La marbrerie de Rouillon, dont les pierres proviennent des quatre coins de la France (Rioms, Le Pont-du-Gard, Bourgogne, ce jour-là), ne propose pas de service funéraire. Elle permet à chacun d’anticiper la vie après sa propre mort. « Avoir un monument prévient les malheurs, prophétise Christophe. Faire une tombe pour sa famille est un acte d’homme responsable. On parle de quelque chose de sacré, même si on veut essayer de désacraliser ce processus. La conscience de la mort était de la partie. par l’homme. , et ce depuis la nuit des temps.”

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button