Quand l’agroalimentaire sert de tremplin à de jeunes travailleurs autistes

Le Centre d’innovation sociale en agriculture (CISA) du Cégep de Victoriaville annonce le lancement de son projet AUSIRIS en collaboration avec le CIUSSS de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec, le Centre de services scolaire des Bois-Francs et le Centre Service de la main-d’œuvre externe du -du-Québec.

Dans le cadre de ce nouveau projet, huit jeunes atteints de troubles du spectre autistique (TSA) feront des habiletés sociales dans l’un des organismes partenaires de ce projet, dont l’Institut National d’Agriculture Biologique (INAB) du Cégep de Victoriaville, Coopérative La Manne. et IGA Marché A. Desrochers à Warwick.

L’INAB offre un cadre de stage unique grâce à ses nombreuses installations : vergers, jardins, serres et un pavillon pour la production animale. Les participants ont la possibilité d’y effectuer divers travaux, allant de l’entretien des cultures de fruits et légumes à la récolte et à l’emballage. Ils peuvent aussi participer à l’élevage. Dans les deux autres conceptions, les élèves participent à des tâches liées aux ventes d’épicerie, telles que la préparation des aliments et le stockage des étagères.

Lire Aussi :  Donner un nouvel élan au Sud-Est

Le projet de recherche-action CISA a pour but d’identifier les conditions communautaires d’implication des jeunes adultes avec TSA dans le secteur alimentaire. Pourquoi le secteur alimentaire de l’agriculture? Depuis, plusieurs programmes d’ici et d’ailleurs ont démontré que ces milieux de travail et les emplois qu’ils impliquent contribuent au développement de compétences et d’habiletés favorisant l’emploi à court terme des personnes atteintes de TSA.

« En améliorant les connaissances des employeurs, en adaptant l’environnement de travail aux besoins des apprentis et en leur offrant un accompagnement personnalisé, nous croyons pouvoir vivre une expérience enrichissante tant pour les communautés de formation que pour les jeunes. Ils ont tout pour donner du bon travail et de la sécurité aux une entreprise ou un organisme », a soutenu Geneviève Blais, enseignante aux études supérieures et enseignante-chercheure au CISA.

Lire Aussi :  L'Angleterre et le Canada en demi-finale - Sports - Updated

“Ce projet est passionnant pour plusieurs raisons. Il aide au développement et à la promotion des jeunes avec TSA en leur donnant une opportunité claire de contribuer à la société en tant qu’employé, il donne l’opportunité à de nombreux acteurs autour de ce client de travailler ensemble et il apporte une solution qui peut être résolue. pénurie de personnel », ajoute Martin Bernard, éducateur spécialisé et enseignant-chercheur au CISA.

À propos de l’ACSA

Le CISA, l’un des trois centres de transfert technologique du Cégep de Victoriaville, est chargé de piloter des projets de recherche visant à transformer des enjeux importants et complexes en nouvelles solutions dans les domaines de l’agriculture et de l’alimentation. La conclusion de ses recherches a un impact direct sur le citoyen ainsi que sur la société, et le résultat est vrai et positif. C’est grâce à un mode unique de développement social que ses projets rassemblent des personnes de tous horizons, profitant de toute l’intelligence, par la co-construction de solutions, par la recherche, la formation, le transfert de connaissances et au-delà du public. éducation.

Lire Aussi :  Enseignement Supérieur : Le Comité SNESUP de FMOS-FAPH pose six conditions au gouvernement de transition sinon ils iront en grève illimitée à partir du 12 décembre 2022

Ce projet est partiellement soutenu par le Conseil de recherche en sciences humaines et l’Agence de la santé publique du Canada.



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button