Sélection en volleyball à l’école: des parents dénoncent qu’on mesure la longueur des bras

Les parents condamnent le processus de sélection pour la fréquentation des programmes sportifs dans les écoles secondaires publiques du Québec Cela commence par mesurer la taille et les bras d’une fille en 6e année.

Cette année, une trentaine d’élèves se sont inscrits au tournoi de volleyball du lycée Jean-de-Brebeuff, alors qu’ils n’étaient que 15.

Cependant, les parents ont été “choqués” par les activités d’audition qui ont eu lieu ces dernières semaines.

Le personnel du projet a commencé par mesurer la taille de chaque fille de la tête aux pieds. Avant de mesurer la hauteur du bras lorsqu’il est levé Les officiers ont été prévenus. enregistrement.

Les jeunes filles doivent faire différents exercices.

La mesure était “utilisée à des fins statistiques uniquement” selon le Centre de services scolaire de la Capitale, mais les entraîneurs sur le terrain ont plutôt dit aux parents que la taille occupait une place importante dans le processus de sélection.

Lire Aussi :  Dustin Johnson, Patrick Reed, Talor Gooch et Pat Perez remportent le tournoi le plus lucratif de l'histoire du golf

larme

“Cela a vraiment touché nos valeurs”, a déclaré la mère de la jeune fille, qui a demandé à ne pas être nommée. parce que le processus de sélection est toujours en cours

Cette dernière souhaite que sa fille assiste à cette méditation pour l’encourager à aller à l’école. Pas pour elle de pratiquer une discipline de niveau compétitif, a-t-elle expliqué.

“Je pense que l’objectif d’un programme spécifique au public est que les étudiants réussissent en recherchant un intérêt pour qu’ils puissent étudier”, a-t-elle déclaré.

Cette expérience a eu l’effet inverse sur sa fille, qui s’est éloignée des activités d’audition en larmes.

Lire Aussi :  Coupe du monde - Independiente del Valle : Voyage dans le nouveau berceau du footbal En Equateur

Le Centre de services scolaire de la Capitale affirme qu’il n’y a pas “mesures minimales” ou exigences spécifiques pour être accepté dans ce programme


Nicolas Prévost, président de la FQDE

image de courtoisie

Nicolas Prévost, président de la FQDE

« Alors pourquoi avez-vous besoin de mesurer les élèves ? », répond Nicolas Prévost, président de la Fédération de la gestion pédagogique du Québec (FQDE), qui a dénoncé cette pratique.

“Les jeunes vont grandir à nouveau.”

au Club de volleyball Essor, qui encadre des élèves entraîneurs inscrits dans trois programmes d’éducation sportive de la région de Québec. Il n’y avait aucune mesure lors de la sélection des élèves de 6e année.

« Pour nous, la taille n’est pas très importante. parce qu’à cet âge Tous les jeunes continueront de s’épanouir », a déclaré Rock Picard, l’un des leaders.

Lire Aussi :  Coupe du monde - Le Canada, une surprise programmée par John Herdman

réaction

« Je pense que j’ai tout vu quand il s’agit de séparer les étudiants dans des programmes spécifiques. Mais si les étudiants étaient effectivement choisis en fonction de leur taille, cela ajouterait de l’inégalité à un système déjà injuste. »

– Stéphane Vigneault, coordonnateur du mouvement École ensemble

« Le programme spécial est génial et une énorme motivation pour les étudiants. Mais cela doit se faire sans aucun critère de sélection. Que ce soit académique, financier ou physique »

– Nicolas Prévost, président du conseil d’administration de l’Académie du Québec

Avez-vous des informations à nous partager à ce sujet ?

Y a-t-il un scoop qui intéresse nos lecteurs ?

Écrivez-nous au ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button