trois détenus dont Arnaud Mimran et un ex-directeur de détention jugés pour corruption

Les trois détenus, dont un pour l’escroquerie “taxe carbone”, sont soupçonnés d’avoir bénéficié de peines préférentielles.

Moins de téléphones et de perquisitions dans les chambres, mais des douches et des parloirs : l’ex-homme d’affaires Arnaud Mimran, deux autres détenus et un ancien directeur de prison doivent être jugés pour corruption à la prison de Fresnes à partir de mardi. . Ces trois prisonniers, dont “Taxe sur le carbone» Arnaud Mimran, chef de la détention du quartier pénitentiaire, est soupçonné d’avoir bénéficié d’un traitement de faveur à partir des peines de prison.

Khalid El Khal, 53 ans, chef du 3e département de Fresnes, est soupçonné d’avoir reçu de l’argent pour accorder un traitement préférentiel à ces détenus.mandat postalet il y avait des enveloppes entre lui et certains des prisonniers.”de confianceécoutes téléphoniques et comme témoin lors de l’enquête. Son compte bancaire a des soldes créditeurs élevés et de faibles retraits et paiements. Une étude de son hygiène de vie montre qu’il ne passait que “Il y a très peu ou pas d’argent dépensé pour des vacances dans des destinations haut de gamme“, selon une source proche de l’enquête.

Lire Aussi :  Equipe de France : qui sont les joueurs avec plus de 100 sélections ?

Ses avocats, Philip Ohayon, Vera Goguidze et Paul April, le rappellent.manquements éthiques” en pensant “Les poursuites sont fondées sur des faits, et non sur des ouï-dire ou des absurdités juridiques“. Il sera jugé pour la période de janvier 2016 à mars 2018 pour corruption passive et liée à des bandes criminelles. Trois personnes qui sont détenues à ses côtés”, a précisé.le corrompuet tentative de corruption active.

Il s’agit d’Arnaud Mimran, qui a plusieurs condamnations, d’Eric Robique, un chauffeur français qui a renversé une Israélienne à Tel-Aviv en 2011, et de Fabrice Thuil, un autre acteur de l’arnaque au CO2. Dans le cas d’Arno Mimran, on soupçonne le réalisateur d’avoir joué un rôle particulier dans son transfert à la prison du Havre. Comme tous les prévenus, Arno Mimran conteste les faits lors de l’enquête : “C’est un jeu d’avoir quelque chose que tu ne peux pas posséder quand tu es détenu“.

Lire Aussi :  Israël a expulsé l'avocat franco-palestinien Salah Hamouri vers la France

Violation de l’égalité»

Le procès doit s’appuyer sur le constat du tribunal de Créteil selon lequel les conditions de détention à la maison d’arrêt de Fresnes sont inhumaines et dégradantes.», a déclaré son avocat, Jean-Marc Fedida. Pour eux, les juges d’instruction «Si l’on n’ignore pas que les conditions dégradantes de détention à Fresnes ont été évoquées à plusieurs reprises, (…) il n’en demeure pas moins que les trois détenus ont contribué à la violation de l’égalité dont auraient dû bénéficier les détenus.», a déclaré une source proche. Dans le cas d’Eric Robik, l’ex-réalisateur lui aurait donné «gentillesse exceptionnelledans la gestion de plusieurs dossiers.

Son avocat, Samuel Habib, m’a dit : «La corruption au parquet, la réalité des conditions carcérales en France, la pratique et la gestion au quotidien du chef de service, les rumeurs, tout semble relever du fantasme et de la légende.“. Le troisième détenu, Fabrice Tuil, aurait bénéficié de la même remise. Il est également soupçonné d’avoir donné de l’argent directement à Khalid El Khal. Lors du procès, l’ex-détenu a reconnu avoir transféré 5 000 euros à sa sortie de prison , “il a dit.incontestéà travers l’autoradio du réalisateur et leur discussion.

Lire Aussi :  À la Une: la France «non grata» dans la Patrie des Hommes intègres

Selon le procureur, «Le but déclaré de ces échanges est de perpétuer un schéma de corruption déjà en place« Notamment pour assurer les conditions de détention »agréable» en cas d’emprisonnement de l’un des frères, la décision d’arrestation est prise. “Cette triste affaire ne révèle pas un système dont mes clients ne voulaient aucune faveur et même un peu de corruption.» m’assure David-Olivier Kaminski, qui défend actuellement le fugitif Fabrice Tuil. L’enquête a débuté en février 2017 après avoir reçu des informations de l’administration pénitentiaire. privilège émis selon l’enregistrement de la création.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button