Une feuille de route pour faciliter l’emploi et l’insertion pour et par le sport

Amélie Oudéa-Castera Le ministre des Jeux olympiques et paralympiques se rendra à Seine-Saint-Denis le lundi matin pour se rendre au Rugby Club de Drancy (Merwoine Majidi Club, lauréats du Trophée des Sports du Pass Combiné) pour une matinée dédiée. vers l’insertion professionnelle par le sport

Elle présidera la table ronde sur les initiatives dans ce domaine. (Une opération qui touche plus de 20 000 allocataires par an), rejoint ensuite ses collègues du Travail, Olivier Dussopt et Carole Grandjean sur la Formation professionnelle. sera le début « Feuille de route générale » » sur le développement de l’emploi et l’insertion par et dans le sport, documentée à équipe peuvent trouver

Ce passage présente cinq thèmes principaux. Il s’agit essentiellement de coordonner un ensemble d’actions visant à améliorer l’insertion par le sport. Coordination entre les différents ministères signataires devrait poser les problèmes plus facile et plus clair “Ces actions résoudront de nombreux aspects pratiques auxquels les acteurs sont confrontés au quotidien.”On estime que le ministère des Sports.

Lire Aussi :  Le Racing étrille Clermont lors de la 11e journée de Top 14

Construire une passerelle entre les diplômes qui mènent à des carrières dans le sport.

Lorsqu’il s’agit d’incorporation ou d’emploi Les dirigeants d’association ne savent souvent pas qui contacter pour le faire ou pour résoudre le problème. Les objectifs de certaines des mesures décrites dans le programme sont de simplifier, de clarifier et de développer les systèmes dans ce domaine.

L’accent est donc mis en premier lieu sur l’amélioration de la lisibilité des offres de formation et des certifications dans le domaine du sport. “Dans les sports Nous indiquons l’avenue de France. Il y a plusieurs degrés (900 !) menant à une carrière dans le sport diplôme “Ne parle pas”Son but est de créer un pont entre eux ou d’améliorer continuellement la formation pour réduire le taux de roulement élevé lors des événements sportifs.

Le gouvernement entend faciliter l’accès à cette forme d’emploi, soit par la communication, soit par des parrainages pour la promotion des groupements d’employeurs du sport, qui est un outil clé dans l’insertion des métiers du sport.Le sport devrait se tenir début 2023.

Lire Aussi :  L'Arabie saoudite crée la sensation en renversant l'Argentine

réseau ouvert “Clubs participants”

La feuille de route vise également à lancer un réseau de “Club participant” construit sur le modèle L’idée est que les clubs qui traitent des questions d’inclusion peuvent être identifiés par la communauté ou l’entreprise. et sont encouragés dans leurs actions. L’objectif est d’atteindre 10 000 clubs labellisés d’ici 2024.

Développer un système de stade à l’emploi Initié en 2019 dans le Nord par Philippe Lamblin, ancien président de la Fédération française d’athlétisme (1997-2001), l’objectif est de mettre en contact les entreprises et les demandeurs d’emploi autour des événements sportifs : un petit sport pour tous le matin. Après-midi entretiens entre recruteurs et chômeurs à se retrouver sur un tapis roulant ou une pelouse. « Nous avons des objectifs ambitieux. Il a été signalé au ministère : 500 opérations d’ici 2024, ce qui signifie que 50 000 personnes seront touchées.

Lire Aussi :  Saint-Nazaire : de Gosselin à Spencer, les visages d'un promu surprenant en Ligue A

Évaluation du statut de bénévole

Encore un dossier plus proche du coeur d’Amélie Oudéa-Castéra. Depuis son investiture est d’élever le statut d’un bénévole. Le texte met l’accent sur l’inclusion d’un volet sportif dans le cadre du Service public de l’examen des acquis de l’expérience (VAE) prévu par le projet de loi. La prise de conscience des compétences que les bénévoles développent dans le sport peut ainsi leur donner le droit de s’entraîner.

Enfin, il existe un dispositif sur la reconversion des sportifs de haut niveau à objectif quantitatif : le Système du Pacte de Performance, organisé par la Fondation du Sport, présidée par l’ancien Secrétaire d’Etat Thierry Braillard. Cela pourrait profiter à 1 000 athlètes dans cinq, cinq ans, bien plus qu’aujourd’hui.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button